Non, rectification car ce titre pourrait être mal interprété et au contraire excuser les ignominies des hommes. Il faut donc lire : L’horreur est le propre de l’Homme.

Je suis littéralement attérée par cet article parue dans le 20minutes.ch, ce 2 février 2011 qui relate l’exécution froide et sans appel d’une centaine de Huskies.

Extrait de cet article :

« Ces chiens ont été tués les uns après les autres par un ouvrier, avec un fusil ou un couteau.

Selon des témoignages, certains de ces chiens qui n’étaient que blessés seraient parvenus à sortir de la fosse commune dans laquelle ils avaient été « balancés ».

Cela s’est passé dans la station de Whisler (Canada).

Ces chiens avaient promené les touristes pendant les JO de Vancouver. Seulement voilà, depuis la fin des festivités, le nombre des balades en traineaux ont chuté et les chiens se sont retrouvés au chômage technique. Une des deux sociétés mises en cause a été contacté par radio et n’a pas nié les faits ; elle a même corrigé le nombre « d’exécutions » de 70 à 100 ! »

Vous allez me dire qu’il y a bien d’autres atrocités commises dans ce bas monde. Certes !

Mais quel cœur faut-il avoir pour abattre froidement des chiens sur le dos desquels ils ont surement grassement vécus, empochant sans vergogne l’argent des touristes sans doute attendris par ces attelages éblouissants ?

Un chien n’est pas un simple produit de consommation que l’on éjecte lorsque qu’il ne « fonctionne » plus !

Un chien fait pleinement confiance aux hommes, quand il lui donne son affection c’est pour la vie. Malheureusement, la réciprocité n’est pas toujours de mise, preuve en est.

Vous me direz également qu’au Canada, ils sont coutumier du fait : on massacre bien les bébés phoques à coups de battes de base-ball, alors pourquoi pas les Huskies au couteau !

Ce monde là me donne envie de vomir. Je ne vous dis pas ce que je leur souhaite à ces pourritures !

Vous connaissez sans doute cette citation : Plus je connais les hommes, plus j’aime mon chien.

En ce qui me concerne : Plus je connais les hommes, plus je les hais !